Rio 2016 c’est fini, et si on créait un comité de la pureté raciale?

Les caméras du monde entier viennent à peine de se détourner de l’événement médiatique du moment, et l’on apprend que le Président Brésilien, Michel Temer, a décidé de créer, ni vu ni connu, un Comité de la Pureté raciale…

carnaval-rio-de-janeiro-20131

Source Google.

Le Brésil, pays de métissage et d’inégalités

Michel Temer, souvenez-vous, est cet homme qui a organisé le putsch contre la présidente élue Dilma Rousseff, officiellement destituée hier.

Eh bien, Monsieur Temer sera désormais connu comme le nostalgique du Troisième Reich qui aura osé redonner vie à des politiques racistes dignes des pires horreurs de l’histoire.

Peu de temps avant son départ, Dilma Rousseff avait institué une loi de quotas pour les personnes noires et métisses dans la fonction publique brésilienne. En effet, le Brésil est un pays de métissage (les métis et les noirs représentent plus de 50% de la population) mais aussi profondément inégalitaire puisque les Blancs dominent les sphères politiques, économiques et culturelles du pays.

Cette photo avait, il y a quelques mois, fait le tour du web et éveillé les consciences sur la question des inégalités sociales entre communautés au Brésil.

viceflamengo-600x361

Photo : France Info

On y voyait un couple de blancs portant des t-shirt aux couleurs du drapeau brésilien et promenant leur chien, suivis de près par leur domestique noire, en charge des enfants.

Un tribunal de la question raciale

C’est dans ce contexte que le Secrétariat à la Gestion des Personnes et des Relations du Travail, sous contrôle du Ministre de la Planification, du Développement et de la Gestion, Dyogo de Oliveira, vient de créer un tribunal racial afin de vérifier si les candidats aux postes soumis aux quotas sont de vrais noirs et de vrais métis.

Très concrètement, les juges raciaux devront vérifier si les caractéristiques physiques des personnes correspondent bien à leur auto-déclaration. J’imagine déjà les critères d’évaluation : forme du nez, nature des cheveux, degré de pigmentation…

Tiens, ça ne vous rappelle rien?

L’Afrique du Sud, aussi, avait, au temps glorieux de l’Apartheid, osé catégoriser sa population en fonction de critères raciaux, allant jusqu’à indiquer la race sur les documents d’identité. Et plus récemment, il a été établi que le génocide rwandais a été favorisé par la mention ethnique sur les cartes d’identités (survivance de l’héritage colonial belge).

L’orientation normative nº 3, du 1er août 2016, publiée le 2 août 2016 au Journal officiel brésilien, annonçant la formation d’une commission chargée de vérifier la véracité de l’«auto-déclaration de négritude», s’inscrit donc dans la lignée des actes fascistes de gouvernements précédents ayant abouti à des injustices sociales voire des massacres.

Ce comité de vérification pose également une question cruciale, surtout dans le cas du métissage, qui concerne 47% de Brésiliens, la moitié du pays : la notion d’identité.

L’identité n’est pas la couleur

Est-ce parce que les autres me voient noirs, que je me sens noir? Et inversement, je peux avoir toutes les caractéristiques physiques d’un blanc et m’identifier profondément à mes racines noires.

Ainsi, aux Etats-Unis, où la loi de quotas est appliquée dans les universités et les administrations, la couleur ne détermine en rien l’appartenance à la communauté noire. La One Drop Rule (une seule goutte de sang, en référence à cette règle datant du temps de l’esclavage où toute personne ayant un ancêtre noir était considérée comme noire, quel que soit le degré de parenté) s’applique.

«Ma peau est blanche, mes yeux sont bleus, mes cheveux sont blonds. Les traits de ma race ne sont nulle part visibles sur mon visage.» Ainsi parlait Walter White, descendant d’esclaves et directeur de la NAACP (National Association for advancement of Colored People) de 1931 à 1955.

Être noir est également une question d’exclusion sociale. Les descendants d’esclaves, puisqu’il s’agît d’eux, au Brésil aussi, ont hérité du lot de misère de leurs arrière-grand-parents. Pauvreté, faible niveau d’éducation, précarité, ghettoïsation, discrimination se transmettent de génération en génération. Les deux tiers des pauvres sont noirs et ces derniers, pour le même emploi, gagnent deux fois moins que les blancs.

140515_yq7d7_aetd-enfants-favela-bresil_sn635

Photo : Radio Canada

Une loi de quotas peut être un outil de lutte contre la discrimination dans les sociétés où des minorités sont clairement exclues du système. Mais cette loi ne doit pas servir de prétexte à la catégorisation des individus sur des critères physiques, ni, plus généralement, à leur racialisation. C’est la porte d’entrée à des dérives extrémistes.

Ce qui se passe au Brésil, est grave et nous devons le dénoncer.

Je dois cet article à mon ami Mauricio qui tient le blog Notre SUD et grâce à qui je peux me tenir informée de l’actualité brésilienne. Vous y trouverez son article sur le sujet. Jornalistas livres: « APARTHEID BRÉSILIEN: Gouvernement Temer adopte le comité de pureté raciale »

 

 

Publicités

17 réflexions sur “Rio 2016 c’est fini, et si on créait un comité de la pureté raciale?

  1. Felicitations Themetis! Je ne pourrais écrire mieux sur le sujet. Merci d’avoir mentionné mon blog.
    Je te remercie également de ta lutte pour la justice raciale et sociale. Le monde a besoin de gens comme toi.

    Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est ça. C’est un gouvernement radicalement réactionnaire et rétrograde. Malheureusement il va vendre le pays aux intérêts étrangers et essayer de rétablir l’ordre coloniale en tous les sens possibles.

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s